La TRM en Couleur (disponible en anglais ici) Guide d’utilisation (vidéo)

Commentaires

Sur la TRM

D’où sort la monnaie ?

Qui sont les privilégiés – passés et présents – qui émettent de la monnaie ? Ne faussent-ils pas le pouvoir de chacun de dire « ceci a de la valeur, et ceci n’en a pas » ? N’est-ce pas aliénant ? N’est-ce pas antidémocratique ?

Chacun ne devrait-il pas – où qu’il vive et quelque soit son époque – recevoir une égale liberté de donner de la valeur par émission monétaire ?

La Théorie Relative de la Monnaie (TRM) aboutit à une résolution simple de ce problème : augmentation régulière de la masse monétaire suivant un taux fixé par la TRM, cette nouvelle monnaie étant uniformément émise par chaque individu de la communauté. Cela correspond à un système à Dividende Universel par création monétaire.

Ces émissions pourraient être gérées par une Banque Centrale, ou mieux, par un système de monnaie électronique décentralisé, tel Duniter ou OpenUDC.

Sur cette application

Cette application Web traite de la Théorie Relative de la Monnaie (TRM) conçue par Stéphane Laborde, en espérant ne pas en trahir l’esprit.

Tous les résultats présentés peuvent être aisément reproduits dans un tableur tel que LibreOffice Calc.

Suggestions :

  • vous pouvez passer directement à l’Étape 3 et jouer par exemple sur le premier curseur coulissant situé dans le bas ; il permet d’ajouter des lignes et ainsi de voir l’évolution des résultats au fil du temps ;

  • vous pouvez aussi cliquer le tableau et, grâce aux touches directionnelles du clavier, vous déplacer d’une cellule à l’autre ; cette zone de commentaires se mettra alors à jour pour décrire la cellule sélectionnée.

Masse Monétaire à l’année 0 : 10 000 000

Le champ est pré-rempli avec la valeur 10 000 000, elle correspond au nombre de millions d’euros dans la zone euro en 2010.

Nombre d’individus : 330

Le champ est pré-rempli avec la valeur 330, elle correspond au nombre de millions de citoyens de la zone euro en 2010.

Pour simplifier, nous considérerons que la population est constante au cours du temps.

Espérance de vie (en année) des individus de la communauté : 80

Dans la Théorie Relative de la Monnaie, l’espérance de vie des individus est utilisée pour déterminer les taux minimale et maximale du Dividende Universel.

« Ceux qui ont quitté ce monde et ceux qui n’existent pas encore sont à la plus grande distance les uns des autres que l’imagination humaine puisse concevoir : quelle possibilité d’obligation peut-il donc y avoir entre eux ? Quelle règle ou quel principe peut-on poser pour que deux êtres imaginaires dont l’un a cessé d’être et l’autre n’existe pas encore, et qui ne peuvent jamais se rencontrer dans ce monde, l’un soit autorisé à maîtriser l’autre jusqu’à la consommation des siècles ? »
Thomas Paine – Les droits de l’homme (1791)

Description

Taux du Dividende Universel : 9.661%

Ce taux est fixé par la communauté et représente l’augmentation de la masse monétaire qui a lieu chaque année. Ce système monétaire ne prévoit aucune autre forme de création. En particulier, pour reprendre la terminologie de Irving Fisher, c’est un système « 100 % monnaie » (pour résumer, la monnaie ne peut pas être prêtée plusieurs fois, et une dette ne peut pas se faire passer pour de la vraie monnaie).

Quelle valeur lui attribuer

La monnaie peut être vue comme un bulletin de vote qui permet de donner un mandat à toute une génération d’individus, et la difficulté est de bien positionner la durée de ce mandat :

  • Un taux trop faible correspond à des mandats trop longs. Le risque est alors – à l’image de ce qui se passe de nos jours – que les idées les plus anciennes écrasent les plus récentes. Exemples : le pétrole et le nucléaire entravent la recherche sur les autres énergies ; la chimie étouffe la recherche sur l’agriculture biologique ; etc.

  • Un taux trop élevé correspond à des mandats trop courts. Le risque est que les idées n’aient pas le temps de s’épanouir, et soient abandonnées trop prématurément. Ou, pour reprendre une terminologie de Silvio Gesell, la monnaie risque d’être trop périssable.

On sent ici intuitivement que ce taux doit dépendre de l’espérance de vie de la population. L’Étape 2 permet de voir comment la TRM fait intervenir cette espérance de vie.

A noter que telle qu’il l’avait imaginée, la monnaie fondante de Silvio Gesell ne respecte pas la TRM

Exponentiel

Remarques :

  • il faut 1 année pour que la masse monétaire augmente de 9.661% ; 7 pour qu’elle augmente de 100 % (c’est ce que l’on appelle le temps de doublement) ; 23 pour qu’elle soit multipliée par 10 ;

  • il est donc question ici d’une croissance exponentielle, mais contrairement à ce que l’on rencontre généralement en économie, elle est soutenable puisque appliquée à une ressource illimitée.

« Le plus grand défaut de la race humaine est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle. »

Description

Taux minimal du Dividende Universel : 5.63%

Il est fonction de l’espérance de vie.

Avec ce taux, la masse monétaire est multipliée par 80 au bout de 80 années, ce que l’on peut vérifier en se rendant à la ligne 80 du tableau.

Explication

L’idée est la suivante : la génération vivant à l’année 0 possède une masse monétaire. On part alors du principe que 1/80 de cette génération disparaît chaque année, et qu’elle aura quasi disparu au bout de 80 années, ne représentant plus que 1/80 de la population. Alors la masse monétaire de l’année 0 – par rapport à celle de l’année 80 – doit peser peu, mais respecter cette proportion de 1/80.

Formule

Pour information, la formule permettant de calculer ce taux minimal est :

= 100 × (ev 1/ev - 1)

= 100 × (80 1/80 - 1)

Précision à ceux peu familiers de ces notations : « 80 1/80 » représente le nombre qui, lorsqu’il est multiplié 80 fois par lui-même, est égal à 80.

Description

Taux maximal du Dividende Universel : 9.661%

Il est fonction de la demi-espérance de vie.

Avec ce taux, la masse monétaire est multipliée par 40 au bout de 40 années, ce que l’on peut vérifier en se rendant à la ligne 40 du tableau.

Explication

L’idée est similaire à celle exposée pour le taux minimal. Mais cette fois, dans un souci de symétrie, on considère deux générations vivants à l’année 0 : une partie de la masse monétaire est possédée par les « 1 à 40 » ans, l’autre par les « 40 à 80 ». On part alors du principe que 1/40 de chacune de ces générations disparaît chaque année. Elles auront quasi disparu au bout de 40 années, ne représentant plus à ce moment-là que 1/40 de la population. Alors la masse monétaire de l’année 0 – par rapport à celle de l’année 40 – doit peser peu, mais respecter cette proportion de 1/40.

Formule

Pour information, la formule permettant de calculer ce taux maximal est :

= 100 × ((ev/2) 1 / (ev/2) - 1)

= 100 × (40 1/40 - 1)

Précision à ceux peu familiers de ces notations : « 40 1/40 » représente le nombre qui, lorsqu’il est multiplié 40 fois par lui-même, est égal à 40.

Le premier curseur coulissant permet d’ajouter des lignes au tableau et ainsi de voir l’évolution des résultats au fil du temps.

Masse Monétaire à l’année 0 : 10 000 000

= Masse monétaire en début d’année 0 + Augmentation de la masse monétaire en fin d’année 0

= 10 000 000 + 563 032,715

Masse Monétaire à l’année 0 : 10 000 000

Montant de l’augmentation de la masse monétaire en fin d’année 0 : 563 032,715

= Dividende Universel appliqué à la masse monétaire de début d’année 0

= 9,661% × 10 000 000

Vous pouvez jouer sur le deuxième curseur coulissant situé dans le bas du tableau ; il permet d’ajouter des colonnes et ainsi de voir d’autres résultats.

Montant de l’augmentation de la masse monétaire venant de chaque individu à fin de l’année 0 : 2 927,522

= Montant de l’augmentation de la masse monétaire en fin d’année 0 / Nombre d’individus

= 966 082,271 / 330

Cumul des montants émis par un individu depuis l’année 0 jusqu’à l’année 0 : 2 927,522

= Montant de l’augmentation pour l’année 0 + Cumul des montants émis les années précédentes

= 2 927,522 + 0

Les valeurs de cette colonne vont tendre, au fil du temps, vers une valeur particulière : l’égale répartition de la masse monétaire (dont il est question dans la colonne suivante).

On peut aussi voir cette valeur comme la monnaie potentiellement accumulée par un individu – ce qui est possible, par exemple, s’il vit chez ses parents ; ou s’il vit en ne dépensant que ce qu’il gagne par ailleurs ; ou en pratiquant le troc ; ou en consommant ce qu’il produit lui-même...

Cumul des montants émis par un individu depuis l’année 0 : 0

Les valeurs de cette colonne vont tendre, au fil du temps, vers une valeur particulière : l’égale répartition de la masse monétaire (dont il est question dans la colonne suivante).

On peut aussi voir cette valeur comme la monnaie potentiellement accumulée par un individu – ce qui est possible, par exemple, s’il vit chez ses parents ; ou s’il vit en ne dépensant que ce qu’il gagne par ailleurs ; ou en pratiquant le troc ; ou en consommant ce qu’il produit lui-même...

Montant d’une hypothétique égale répartition de la masse monétaire entre individus à l’année 0 : 30 303,03

= Masse Monétaire à l’année 0 / Nombre d’individus

= 10 000 000 / 330

Remarques : si l’on calcule le montant de cette égale répartition par individu, dans la zone euro en 2010, il est de trente mille euros par citoyen.

Rapport entre le cumul des émissions et l’égale répartition à l’année 0 : 0

= 2 927,522 / 33 230,552

A l’année 0, cette valeur est 0 mais, au fil des années, elle va tendre vers 1, mettant ainsi en évidence que le cumul des émissions faites par un individu tend vers une égale répartition de la masse monétaire.

Cette propriété remarquable peut également être observée dans l’onglet « Graphes »

Sur cette colonne

Montant mensuel émis par chaque individu pour l’année 0 : 243,96

= Montant de l’émission à l’année 0 / 12

= 2 927,522 / 12

Quand les données utilisées sont par exemple celles de la zone euro en 2010, cette colonne met en évidence que le montant du Dividende Universel peut sembler faible (243,96 euros par mois durant l’année 0).

Il est sans doute modeste dans le système monétaire actuel – qui favorise les déperditions dans des bulles spéculatives, dans une compétition aveugle, un acharnement à faire survivre des industries dépassées, une peur du lendemain, etc. – mais difficile d’affirmer qu’il le serait également dans un système « 100 % monnaie » et à Dividende Universel.

« C’est comme si quelqu’un inventait des emplois inutiles, juste pour nous tenir tous occupés. »

Travail salarié

Prenons l’exemple d’un travail salarié (mais survivrait-il à la mise en place du Dividende Universel ?) :

  • à l’année 0, un salarié touche 243,96 euros par mois – soit l’équivalent d’un DU mensuel de l'année 0 ;

  • 7 ans plus tard, son salaire a quantitativement augmenté pour atteindre 465,24 euros par mois – en fait il a stagné, puisqu’il ne vaut toujours qu’un DU.

« C’est seulement de nos jours que nous opposons travail salarié et esclavage. »

Dette

Il en va de même avec le crédit :

  • à l’année 0, un individu emprunte 20 492.64 euros (= 7 × 2927.52, soit l’équivalent de 7 fois le DU de l’année 0) ;

  • le remboursement est prévu sur 7 ans, à raison d’un DU par mois ;

  • au bout de 7 ans, il aura remboursé 27 486,15 euros, le cumul de 7 ans de DU annuel.

Sur ces graphes

Les deux courbes de ces graphes montrent au fil du temps :

  • la monnaie émise et potentiellement accumulée par un individu ;

  • la monnaie correspondant à une égale répartition de la masse monétaire entre les individus de la communauté.

A gauche, les valeurs sont quantitatives, en unité monétaire classique (par exemple en nombre d’euros) ; à droite, les valeurs sont relatives, en nombre de DU.

Monnaie à la naissance

La quantité de monnaie possédée par l’individu à l’année 0 (à sa naissance par exemple) est 0 ; c’est à dire 0 fois le montant de l’égale répartition.

Grâce au deuxième curseur coulissant, on fait varier cette valeur entre 0 et 2 fois le montant de l’égale répartition.

  • entre 0 et 1, l’individu possède à sa naissance moins que cette égale répartition ; au fil du temps, le pouvoir de son capital augmente et tend à rejoindre celui de l’égale répartition ;

  • entre 1 et 2, l’individu possède à sa naissance plus que cette égale répartition ; au fil du temps, le pouvoir de son capital diminue et tend à rejoindre celui de l’égale répartition.

Ce curseur va uniquement de 0 à 2, c’est un choix illustratif qui n’est pas lié à la TRM.

Année sélectionnée

A l’année 0 :

  • Monnaie émise par chaque individu : DU = 2927.52

  • monnaie émise et potentiellement accumulée par l’individu
    = monnaie à la naissance + Cumul des montants émis par un individu depuis l’année 0 jusqu’à l’année 0
    = 0 + 2 927,522
    = 0 (soit 0 DU)

  • monnaie correspondant à une égale répartition
    = 30 303,03 (soit 12.5 DU)

  • rapport entre ces deux quantités
    = 0 / 30 303,03
    = 0,088 (tend vers 1 au fil des années)

Conclusion

D’un point de vue quantitatif, la monnaie va sans doute se dévaluer au fur et à mesure qu’il y a création monétaire. Mais c’est le point de vue relatif à l’égale répartition qu’il convient de considérer.

Sur le camembert

Les deux secteurs de ce diagramme permettent de comparer :

  • la quantité de monnaie émise et potentiellement accumulée au fil des années par un individu possédant l’ensemble de la masse monétaire à l’année 0 (par exemple à sa naissance) ;

  • la quantité de monnaie émise et potentiellement accumulée au fil des années par le reste des individus – et qui ne possède donc aucune monnaie à l’année 0.

A l’année 0, seul le premier secteur est visible, mais au fil des années, il finit par être effacé par le deuxième secteur.

Année sélectionnée

A l’année 0 :

  • masse monétaire = 10 000 000

  • monnaie pour l’individu « tout à l’année 0 »

    = Masse monétaire à l’année 0 + Cumul des montants émis par un individu depuis l’année 0

    = 10 000 000 + 2 927,522

    = 10 000 000
    soit 100% de la masse monétaire

  • monnaie pour les autres

    = masse monétaire - monnaie pour l’individu « tout à l’année 0 »

    = 10 000 000 - 10 000 000

    = 0
    soit 0% de la masse monétaire

Étape 1 – permet de définir les 3 valeurs de base

%

Étape 2 – permet d’utiliser des taux particuliers de Dividende Universel (liés à l’espérance de vie)

Étape 3 – permet de visualiser des résultats sous différentes formes (tableau, graphes ou camembert)

Année Masse Monétaire Augmentation Masse Monétaire
0 10 000 000 966082.271
« Accumulation potentielle » au fil du temps
-
Répartition de la masse monétaire à l’année 0